Actualité

Atelier sur l'innovation collaborative entre l'UMP et les entreprises technologiques pour le développement de solutions innovantes dans l'Agriculture numérique


Force est de constater que la transformation digitale est entrain de modifier nos modes de vie quotidiens, d’apporter des changements profonds au niveau des modèles économiques actuels et constituerait un nouveau vecteur de développement économique, l’Université Mohammed Premier a introduit, dans sa stratégie de développement, de relever le défi d’accompagner cette transformation et de l’appréhender comme une opportunité dans son développement. Elle doit aussi relever le défi d’appréhender la mutation des métiers et l’évolution du marché de l’emploi. Enfin, elle doit développer des avantages concurrentiels dans le numérique afin de renforcer encore mieux son attractivité.

Pour apporter des éléments de réponses à ces défis, plusieurs actions stratégiques ont étés mises en place par l’Université. En effet, sur le plan de la formation et afin d’améliorer l’employabilité de ses lauréats, l’Université Mohammed Premier a soutenu la création de nouvelles filière dans le digital. En effet, le besoin en compétence dans ce domaine est extrêmement revendiqué par le marché de l’emploi tant au niveau national que régional. Cette formation apportera sa contribution pour accompagner la Région qui a inscrit le digital comme un nouveau levier de création de la valeur notamment dans le domaine de l’agriculture. Pour consolider encore mieux l’agriculture numérique, l’Université fut l’acteur principal dans l’émergence d’un pôle de compétence dans ce domaine.

Dans cette optique et après la réussite d’un atelier d’idéation sur l’agriculture numérique le 31 mais 2019, le vendredi 4 octobre, un autre atelier d’une grande importance et qui s’inscrit dans la continuité de son précédent a eu lieu dans la salle de réunion de l’Université. Il est intitulé « Innovation collaborative entre l’Université Mohammed Premier et les entreprises technologiques pour le développement de solutions innovantes dans l’agriculture numérique ». Cet atelier a réuni les acteurs économiques de l’agriculture et des institutionnels de la Région. Cette rencontre a pour objectif de renforcer l’entrepreneuriat et de consolider l’étudiant entrepreneur au sein de l’Université. Et, cet atelier a été l’occasion de présenter une démarche conduite par le soft Centre de Casablanca afin de créer deux Startups dans le domaine du numérique. Les acteurs de ce projet est un consortium constitué de l’Université Mohammed premier à travers l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées d’Oujda qui fut à l’origine de cette initiative, le ministère de l’agriculture , de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forets, l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications à travers le Soft Centre de Casablanca, SOWIT et ABWEB deux sociétés spécialisées dans le domaine de l’intelligence artificielle. Soulignons que deux sociétés l’une soudanaise et l’autre du Burkano Fasso ont déjà porté un grand intérêt à la solution apportée par les deux dîtes startups.

Ce genre d’activité est une illustration forte de la mise en place de « l’étudiant entrepreneur » pour son insertion dans son environnement socio économique. Pour accélérer encore plus la pénétration de l’entrepreneuriat à l’Université, celle-ci a déjà démarré le projet d’un centre de Coworking de l’Université, un centre d’excellence pour l’intermédiation entre l’étudiant et son monde socio économique et qui permet d’accompagner un étudiant porteur d’idée innovatrice afin d’en faire un entrepreneur en transformant cette idée en startup. Ce Coworking sera opérationnel prochainement.

Enfin, étant donné les énormes progrès techniques qui ont été réalisés, ces dernières années, au niveau technologique notamment la mise en orbite des satellites Mohamed VI-A- et Mohamed VI-B- et sachant que la convergence des nouvelles technologies et de l’innovation digitale constitue un nouveau levier de développement économique au Maroc et d’incitation à la création de start-up dans ce domaine, l’Université ne ménage aucun effort pour être offreuse de compétences dans ce domaine.